jalonner


jalonner

jalonner [ ʒalɔne ] v. <conjug. : 1>
• 1690; de jalon
I V. intr. Planter des jalons. « Je commence à trouver des repères, à jalonner » (Romains). II V. tr.
1Déterminer, marquer la direction, l'alignement, les limites de (qqch.) au moyen de jalons, de repères. Jalonner un chemin, une ligne téléphonique, pour en indiquer le tracé. Jalonner une piste de balises. baliser. Jalonner un front, un objectif (par des jalonneurs, un tir, etc.).
2(Choses) Marquer en se suivant (à la manière de jalons). Des tonneaux, des caisses « jalonnaient la longue cour de l'usine » (Maurois).
Fig. Les succès jalonnent sa carrière. « un monde merveilleux, jalonné de fêtes pieusement célébrées » (F. Mauriac).

jalonner verbe transitif Déterminer, matérialiser le tracé d'un lieu en y posant des jalons : Jalonner une nouvelle route. Fixer un parcours, déterminer la direction de quelque chose : Des bouées jalonnent le chenal. Se succéder en marquant des étapes dans le temps, le cours de quelque chose : Les incidents qui ont jalonné son existence. Procéder au jalonnement d'une troupe, d'une direction de tir. ● jalonner (difficultés) verbe transitif Orthographe Avec deux n, comme jalonnement, jalonneur. ● jalonner (synonymes) verbe transitif Déterminer, matérialiser le tracé d'un lieu en y posant des...
Synonymes :
Fixer un parcours, déterminer la direction de quelque chose
Synonymes :
- s'échelonner

jalonner
v.
rI./r v. intr. Poser des jalons.
rII./r v. tr.
d1./d Déterminer, marquer le tracé, l'alignement, l'itinéraire de (qqch) au moyen de jalons ou de repères. Jalonner un terrain.
|| Fig. Les succès ont jalonné sa carrière.
|| Pp. Une entreprise jalonnée d'obstacles.
d2./d Délimiter, indiquer (comme par des jalons). Bidons peints qui jalonnent une piste.
|| Par ext. être placé en bordure et de distance en distance. Les arbres qui jalonnent la route.

⇒JALONNER, verbe trans.
A. — Qqn jalonne qqc.
1. Marquer, déterminer (l'alignement, la direction, la limite de quelque chose) à l'aide de jalons, en plantant des jalons. Synon. baliser, piqueter, signaliser. Jalonner une allée, un champ, un chemin, une ligne téléphonique, une route; jalonner un itinéraire, un parcours. Il serait judicieux de décaler les phares, de part et d'autre des routes aériennes fréquentées, plutôt que de jalonner exactement ces routes (A.-B. DUVAL, HÉBRARD, Nav. aér., 1928, p. 86). Travaux (...) abandonnés sur le terrain mille et mille fois jalonné par les géomètres et les experts (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 304) :
1. ... que fait le géomètre? D'abord, il divise la grandeur qu'il doit mesurer, ligne, surface ou volume, en la jalonnant et y marquant des points de rappel et de reconnaissance.
PROUDHON, Créat. ordre, 1843, p. 130.
P. métaph. Il faut être soi-même dans la voie qu'ils tracent [les mystiques] et jalonnent, et même assez avancé sur elle, pour donner tout son sens à une lecture qui ne souffre pas d'être « courante » (VALÉRY, Variété V, 1944, p. 166).
Au part. passé. Allée jalonnée; itinéraire jalonné. L'on ne peut évaluer la longueur de la route non jalonnée, que d'après le temps mis à la parcourir (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 748). Les chemins qui suivaient ces convois, pour venir du Hoang-Ho jusqu'à la vallée de Ferghana, ne pouvaient guère être baptisés du nom de routes; (...) tout au plus, des pistes vaguement jalonnées (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p. 43).
Qqn jalonne qqc. avec/de qqc. Avoir un jour entier devant les yeux ce steppe décourageant, (...) sans point d'orientation, et qu'on est obligé de jalonner de gros tas de pierres pour indiquer les routes (FROMENTIN, Été Sahara, 1857, p. 52). Sur les croupes les hommes arpentaient les carreaux de terre brune qu'ils jalonnaient de brins de paille (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 63).
Au fig. Marquer de repères, d'étapes (dans le temps). Il y a dans Lenormand, dans les œuvres dont il jalonne lentement sa vie, quelque chose qui (...) s'éloigne et ne passe point (COLETTE, Jumelle, 1938, p. 211). La Constitution de l'An III. La Convention jalonna son existence de palinodies qui s'inscrivent parmi les plus éclatantes de l'histoire des assemblées (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 456). Nous jalonnerons donc le passé lointain de quelques dates sûres et de quelques points d'interrogation (DUMAZEDIER, RIPERT, Loisir et cult., 1966, p. 47).
2. TECHN. MILIT. Placer des jalons ou des jalonneurs, pour marquer un alignement. Jalonner une direction, le front d'une troupe, un objectif. Absol. jalonner (ds Ac. 1835-1935). Ils emportent des grenades, des fusées et des feux de bengale pour jalonner nos lignes (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p. 294).
B. — Qqc jalonne qqc.
1. Être disposé, se trouver placé de distance en distance le long d'(une ligne, un parcours); marquer, délimiter. Synon. s'aligner, s'échelonner (le long de). À Ibiza, j'allais tous les jours m'asseoir dans les cafés qui jalonnent le port (CAMUS, Env. et endr., 1937, p. 114). De nombreux cadavres de chevaux jalonnaient les champs et les bois (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 33) :
2. Le soleil couchant inondait d'or et de pourpre l'immense plaine qui s'étend entre Tunis et la montagne de Zaghouan et que jalonnent de loin en loin quelques arches énormes de l'antique aqueduc en ruine...
GIDE, Si le grain, 1924, p. 555.
Au part. passé. Allée, route jalonnée d'arbres; plaine jalonnée de villages. Une plaine de champs admirablement cultivés, jalonnés d'arbres qui cachent entièrement le sol (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 182). Le polder (...) s'étalait, (...) vaste et désert, jalonné de lignes de saules et de tilleuls (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 217).
P. métaph. Disraëli (...), entre le pouvoir et lui, voyait encore un parcours dur, jalonné de mauvais obstacles (MAUROIS, Disraëli, 1927, p. 195). C'était une logicienne, fidèle à une route droite, jalonnée de principes évidents (MAURIAC, Pharis., 1941, p. 105).
Emploi pronom. à valeur passive. Se jalonner de. La grande armée avance en semant ses débris (...) De morts et de mourants sa route se jalonne (POMMIER, Russes, 1854, p. 10). Un matin où le courant se jalonnait d'oiseaux dormants comme de bouées (GIRAUDOUX, Suzanne, 1921, p. 100).
2. Au fig. Servir de point de repère, de marque dans le temps. Synon. marquer. Dates, étapes, événements, faits qui jalonnent l'existence, la vie de qqn; jalonner des étapes, une évolution, une destinée. Une histoire sombre et cruelle, jalonnée par le bûcher de Rouen, par Sainte-Hélène, par Fachoda (MAURIAC, Journal occup., 1944, p. 312) :
3. Notre vie est faite d'oublis. De longues années passent, ne laissant en nous nulle trace, obscurcies de brume et d'ennui, et parfois quelques instants, parmi tant d'autres, brillent en nous d'une éclatante lumière, jalonnant mystérieusement le cours de nos destins.
DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 59.
Prononc. et Orth. : [], (il) jalonne []. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1690 (LA QUINTINYE, Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, I, 104 ds Fr. mod. t. 18, p. 135); 1834 fig. (LAMART., Destinées poés., p. 377). Dér. de jalon; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 164.
DÉR. Jalonneur, subst. masc. a) Celui qui a pour fonction de jalonner, de placer des jalons. Les jalonneurs ont mal tracé cet alignement (Ac. 1878-1935). b) Techn. milit. Soldat placé comme jalon sur une ligne ou sur un itinéraire pour indiquer une direction, un alignement. (Dict. XIXe et XXe s.). Établir, placer des jalonneurs; le premier, le second jalonneur (Ac. 1835). []. Att. ds Ac. dep. 1835. 1re attest. 1835 (Ac.); de jalonner, suff. -eur2.

jalonner [ʒalɔne] v.
ÉTYM. 1690; de jalon.
———
I V. intr.
1 Planter des jalons pour déterminer un alignement, une direction, etc.
2 Fig. Disposer des repères.
1 En somme, je commence à trouver des repères, à jalonner.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, VII, p. 64.
———
II V. tr.
1 (1690). Déterminer, marquer la direction, l'alignement, les limites de (qqch.), au moyen de jalons, de repères. || Jalonner une allée, un chemin, une ligne téléphonique pour en indiquer le tracé. || Jalonner les limites d'un champ. || Jalonner un champ avec des repères, au moyen de, par des repères. || Jalonner une limite de tas de pierres.
Par métaphore :
2 Je retrouve à présent les traces d'anciens sentiers que je frayais, que j'ai laissés recouvrir par mille branches, et que je n'ai même pas jalonnés.
Gide, Journal, Numquid et tu ?, 20 juin 1917.
(1867). Milit. Délimiter en plaçant des jalonneurs. || Jalonner un front, un objectif (par des jalonneurs, un tir, etc., en se plaçant en jalonneur).
2 (1834, Lamartine). Fig. || Les savants ne font d'âge en âge que jalonner la route à ceux qui suivront (Littré).
3 J'ai vu des brouillons de la jeunesse de Bonaparte; il jalonnait le chemin de la gloire comme Rancé le chemin du ciel.
Chateaubriand, la Vie de Rancé, I, p. 35.
3 (Sujet n. de chose). a Concret. Déterminer, délimiter (à la manière de jalons). Échelonner (s'). || Poteaux, buissons jalonnant les limites d'un champ.
4 Des tonneaux d'huile, des balles de laine, des caisses de fils jalonnaient la longue cour de l'usine.
A. Maurois, Bernard Quesnay, III.
b Abstrait. || Les événements saillants qui jalonnent sa vie. Marquer (→ Étape, cit. 9).
5 Lorsqu'on visite un pays nouveau pour soi, les souvenirs d'objets inaccoutumés, d'actions imprévues, forment des points de repère, et en jalonnant le temps, le mesurent et en font sentir l'étendue.
Th. Gautier, Voyage en Russie, p. 322.
6 Ils (les enfants) vivaient dans un monde merveilleux, jalonné de fêtes pieusement célébrées.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, VII.
——————
jalonné, ée p. p. adj.
|| Allée jalonnée. || Champ jalonné. || Camp (cit. 2) d'instruction jalonné de tranchées.
DÉR. Jalonnement, jalonneur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • JALONNER — v. n. Planter des jalons de distance en distance. On le fait aussi actif. Jalonner une allée pour la dresser.   Dans la Théorie militaire, Jalonner une ligne, une direction, ou simplement, Jalonner, Placer des jalonneurs, ou se placer en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • jalonner — (ja lo né) 1°   V. n. Planter des jalons. On a jalonné toute la journée d hier. 2°   V. a. Jalonner une allée, y planter des jalons pour la dresser.    En termes militaires, jalonner une ligne, ou, simplement, jalonner, placer des jalonneurs, ou… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • JALONNER — v. intr. Planter des jalons de distance en distance, soit pour un alignement, soit pour déterminer les différents points d’un plan. Il signifie transitivement Déterminer au moyen de jalons les différents points d’un plan, une direction, un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • jalonner — vt. zhalonâ (Albanais, Villards Thônes.028) ; bounâ <borner> nf. (028) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • jalonnement — [ ʒalɔnmɑ̃ ] n. m. • 1838; de jalonner ♦ Action de jalonner. Jalonnement d un terrain. Jalonnement kilométrique sur l autoroute. ● jalonnement nom masculin Action de jalonner. Action qui consiste à déterminer la position exacte d une troupe… …   Encyclopédie Universelle

  • marquer — [ marke ] v. <conjug. : 1> • v. 1510; forme normanno picarde (merquier fin XIIe); a remplacé merchier (XIIe), mercher; de l a. norm. °merki « marqué » I ♦ V. tr. A ♦ (Concret) 1 ♦ Distinguer, rendre reconnaissable (une personne, une chose… …   Encyclopédie Universelle

  • piqueter — [ pik(ə)te ] v. tr. <conjug. : 4> • picter 1628; de 1. piquet 1 ♦ Tracer à l aide de piquets, de bâtons d alignement. Piqueter une allée. ⇒ jalonner. 2 ♦ (1780; de piquer) Parsemer de points, de petites taches. ⇒ moucheter. « Le ciel est… …   Encyclopédie Universelle

  • jalona — JALONÁ, jalonez, vb. I. tranz. 1. A marca pe teren punctele unui traseu, ale unei alinieri etc. prin jaloane (1). 2. fig. A indica punctele principale ale unei probleme sau etapele în desfăşurarea unei activităţi, a da o direcţie, a trasa în… …   Dicționar Român

  • kilométrer — [ kilɔmetre ] v. tr. <conjug. : 6> • 1867 ; de kilomètre ♦ Mesurer en kilomètres; jalonner de bornes kilométriques. Kilométrer une route. ● kilométrer verbe transitif Marquer les distances kilométriques à l aide de bornes, de pieux, etc. :… …   Encyclopédie Universelle

  • Edmond Henry Horne — Edmund Horne Pour les articles homonymes, voir Horne. Edmund Henry Horne était un homme d affaires et prospecteur canadien (1864 1952). Comme de nombreux autres prospecteurs de sa génération, Edmund Horne est venu dans le Nord de l Ontario au… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.